Nord-Pas de Calais

Pierre REGNAUDIN, la passion des ruches

Mis à jour le 23/02/2017

En 1965, Bourvil les a chanté, « L'essaim se gonfle et s'abandonne. A la caresse du printemps Et, dans la ruche, tourbillonnent, Prêtes à prendre leur élan, les abeilles bzz bzz bzz!!! » Pierre REGNAUDIN, lui, en prend soins, elles sont « ses enfants », sa raison d'être !

Nous sommes en octobre 2016, chez Pierre REGNAUDIN à Violaines, au beau milieu d'une quinzaine de ruches comptant chacune à peu près 20 à 25 000 abeilles (jusqu'à 40 000 l'été).
  
Inquiets parmi ces vols incessants autour de nous, Pierre nous rassure et prodigue quelques recommandations d'usages afin de ne pas perturber la vie en ce lieu et éviter de nous faire piquer.
Il ouvre le toit d'une ruche et nous raconte son histoire :
« Enfant, j'aidais mon père à récolter le miel de la seule ruche du jardin. Cela me plaisait bien, mais  je me destinais à un autre métier, que j'ai pratiqué jusqu'à il y a 3 ans. Des problèmes de santé m'ont contraint à une reconversion et tout naturellement, j'ai décidé de devenir apiculteur. Il me fallait 200 ruches, minimum, pour être assujettit à la MSA, avoir une protection sociale et ainsi vivre de ce métier. J'ai donc installé ces ruches dans une dizaine d'endroits différents de la région. Ce métier me passionne, je produits mon miel de façon artisanale, en récolte environ 4 tonnes par an. L'année prochaine, je produirai de la gelée royale. La colonie est une communauté bien organisée. Chaque abeille à son rôle et participe au bon fonctionnement de la ruche. La Reine a pour seule mission de pondre, jusqu'à 2000 œufs par jour. Ainsi naîtront, après 21 jours d'incubation, des ouvrières, elles seront tour à tour et selon leur âge, au service de la reine et des larves ménagères, nourrices, architectes, manutentionnaires, ventileuses et butineuses. Je travaille 12 à 15h par jour, seul, mais je pense être un privilégié qui vit désormais, de sa passion »
 
Nous l'écoutons et sommes absorbés par son récit, soudain son visage se ferme et il nous dit :
« Depuis une dizaine d'année, on observe une diminution du nombre de colonies et un affaiblissement des ruches. Les abeilles sont très importantes pour notre environnement. Elles participent à la vie de la nature, et font partie de ce que l'on appelle la chaîne alimentaire. Sans abeilles, moins de fruits et de plantes qui servent à nourrir les Hommes, mais également de très nombreuses espèces animales. Les causes sont diverses et variées et des scientifiques cherchent actuellement des solutions pour protéger les abeilles. »
 
La visite se termine, Pierre REGNAUDIN nous informe qu'il installera des ruches sur le toit de la MSA de Capinghem, au printemps 2017. Nous n'avons donc pas fini de voir, et d'entendre, ces infatigables butineuses qui œuvrent chaque jour, pour le bien-être de tous !